Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

De l'AMBI à l'AMLT,la nécessité d'étre...

Mouvement associatif à Tipaza

Une association jette l’éponge

Après avoir vainement attendu son agrément depuis 2002, le président de l’Association des médecins de Bou Ismaïl (AMBI), le docteur Benbraham Mustapha, nous a confirmé l’abandon de cette initiative, à compter du 9 janvier courant.



Depuis sa première assemblée générale qui s’était tenue au siège de l’association culturelle El Ismaïlia de Bou Ismaïl, en présence des autorités de la daïra, des responsables locaux et des personnalités du monde médical, dont certaines ont malheureusement disparu, l’AMBI a occupé le terrain. En effet, 17 journées de formation médicale avaient été organisées, grâce à la collaboration des laboratoires pharmaceutiques, au profit des médecins de la wilaya de Tipaza. La présentation et l’animation des conférences qui avaient traité plusieurs pathologies avaient été assurées par les professeurs et les médecins spécialistes venus des autres wilayas du pays. L’AMBI ne s’était pas seulement contentée de l’organisation des journées de formation médicale. Sans recevoir l’aide matérielle des pouvoirs publics, l’AMBI avait pris en charge des journées de divertissement au profit des enfants malades et des enfants issus de familles démunies. Lors du séisme de Boumerdès, l’AMBI avait manifesté sa solidarité avec les familles sinistrées, en collectant les médicaments nécessaires d’une valeur globale de 700 000 DA. L’AMBI avait intervenu au niveau de la zone de Legata, près de Dellys, en collaboration avec le groupe de médecins affectés dans cette zone sinistrée. L’AMBI est à l’origine de la création de la section de Tipaza de l’association d’aide aux cancéreux El Fedjr. En partenariat avec la Société algérienne d’histoire de la médecine (SAHM), l’AMBI a réussi à organiser à l’institut supérieur maritime de Bou Ismaïl le 26 juin dernier, une journée d’étude intitulée Apport des sciences arabes ; une rencontre marquée par des interventions intelligentes du docteur Mahmoud Aroua et l’ex-ministre de l’Education nationale, Djebbar Ahmed. A ce propos, la revue Sciences et vie numéro 1058 du mois de novembre 2005, allant dans le sens de la journée d’étude organisée par l’AMBI, avait consacré tout un dossier sur le thème relatif à l’apport des sciences arabes, avec le concours du chercheur et ex-ministre algérien de l’Education nationale. Une exposition à l’institut du monde arabe de Paris se déroule actuellement et s’achèvera le 19 mars prochain. Elle fait état de l’apport scientifique réel de la civilisation arabo-musulmane du VIIIe au XVe siècles. Le bilan de l’AMBI depuis sa création fait envier beaucoup d’associations agréées (satellites du système) et soutenues psychologiquement et matériellement par les pouvoirs publics. Le docteur Benbraham a fini par craquer et céder devant cet « amas » de tracasseries depuis la naissance de l’AMBI. « Il m’était impossible de continuer à travailler sans agrément, d’une part, et dans un environnement hostile et méprisant, d’autre part, nous confie le président de l’AMBI. Le stress et le cumul des lots d’embûches sont devenus insupportables pour activer, notamment dans ces conditions difficiles. J’ai ma conscience tranquille, car j’ai prouvé au moins une seule chose durant ces dernières années, c’est la capacité d’initiative d’une association qui avait réussi à travailler utilement, sans attendre l’argent de l’Etat tout en menant des actions positives en faveur des citoyens », conclut le président de la défunte AMBI.



Par M’hamed H Edition du 14 Janvier 2006

Archives

À propos

Blog des médecins libéraux de Tipasa